Les enseignants

Voici une brève présentation des enseignants du Master, en commençant par les principaux responsables et animateurs du Master « Sociologie d’enquête ».

Cécile Lefèvre

Cécile Lefèvre est professeur à l’Université Paris Descartes Lefevre-Cecile_medium(Département de sociologie). Ses principaux thèmes de recherche sont les systèmes de protection sociale dans les pays de l’ex-Urss (Russie, Caucase) et les pays émergents, les politiques sociales et la démographie, les comparaisons internationales et l’éthique et  la déontologie dans les enquêtes de terrain en sciences sociales. Sa dernière publication: Lefèvre (Cécile), avec Hohmann (Sophie), 2014, « Measures of poverty in the Caucasus and Central Asia: International approaches and specificities of Southern countries of the former Soviet Union” in Hohmann S., Mouradian C., Serrano S., Thorez J., (Eds), 2014.- Development in Central Asia and the Caucasus: Migration, Democratisation and Inequality in the Post-Soviet Era, I.B. Tauris, 288 p.

Pour consulter sa page personnelle, cliquez ici.

 

Olivier Martin

Sociologue et statisticien, Olivier Martin est professeur de sociologie et chercheur au CERLISCentre de Recherche sur les Liens Sociaux. Il enseigne notamment les méthodologies d’enquête par questionnaire, les méthodes statistiques des sciences sociales, la sociologie des sciences, et la sociologie des nouvelles technologies. Derniers ouvrages parus : La tentation du corps. Corporéité et sciences sociales (dir. avec Dominique Memmi et Dominique Guillo, Editions de l’EHESS, 2009) ; L’analyse des données quantitatives (Paris, Armand Colin, 2009). Pour visionner la vidéo d’un débat entre Olivier Martin et Alain Blum (EHESS, INED) sur les « statistiques sociales », rendez-vous sur iTunes ou dans la médiathèque de Paris Descartes.

Pour accéder à sa page personnelle, cliquez ici.

Aude Béliard

Aude Béliard est sociologue, maître de conférences à l’Université Paris-Descartes et chercheure au CERMES3 – équipe CESAMES (Centre de recherches Médecine, Maladie, Santé, Santé mentale et Société). Ses recherches se situent au croisement de la sociologie de la santé, de la santé mentale et de la sociologie de la famille, en particulier dans le domaine du vieillissement. Elles s’appuient sur des enquêtes ethnographiques et statistiques. Sa thèse portait sur les enjeux liés au diagnostic et à la prise en charge de personnes âgées atteintes de troubles cognitifs.

Pour consulter sa page personnelle, cliquez ici.

Jennifer Bidet

Jennifer Bidet est sociologue, maîtresse de conférences en sociologie  à l’Université Paris Descartes, et chercheuse au CERLIS. Ses travaux croisent l’approche des phénomènes migratoires et l’étude des formes et relations familiales, en les resituant dans les rapports sociaux de classe, de sexe et de « race ». Sa thèse a porté sur les vacances passées en Jennifer BidetAlgérie par des descendant.e.s d’immigrés adultes, afin de saisir les formes de recomposition des liens familiaux à distance, les dynamiques de classement et reclassement social dans la migration, les décalages des normes de genre d’un contexte à l’autre et les formes d’assignation nationale ou ethnique et d’auto-identification plurielles que ces séjours révèlent. Elle continue à travailler sur les circulations entre la France et l’Algérie en se centrant désormais sur les migrations conjugales. Elle a également lancé une comparaison avec d’autres migrations postcoloniales, les migrations vers l’Hexagone en provenance des Départements d’Outre Mer, dans le cadre d’une enquête collective articulant ethnographie, analyses statistiques et travail sur archives.

Eric Dagiral

Éric Dagiral est sociologue, maître de conférencesEric Dagiral à l’Université Paris Descartes et chercheur au CERLIS – Centre de Recherche sur les Liens Sociaux. Il enseigne notamment les techniques d’enquête, l’analyse de données quantitatives et les méthodes d’analyse du web. Ses recherches portent sur les techniques d’information et de communication, et plus particulièrement sur les usages d’Internet et la conception de services en ligne. Il a récemment publié « Internet, moteur ou miroir des transformations sociales contemporaines ? », Cahiers français, La documentation Française, 2014, ainsi que « Voir pour savoir. Concevoir et partager des « vues » à travers une base de données biomédicales », Réseaux, 2013 (avec A. Peerbaye).

Pour écouter une intervention au sujet du rôle des hackers dans les cultures informatiques, dans l’émission Culturesmonde de France Culture, cliquez ici.

Pour consulter sa page personnelle, cliquez ici.

Christophe Giraud

Sociologue et statisticien. Christophe Giraud est maître deChristophe Giraud conférences à l’Université Paris Descartes depuis 2002. Il enseigne principalement les techniques d’enquête par questionnaire et par entretien. Il travaille sur le lien conjugal et sur le secteur des entreprises familiales agricoles. Il est conseiller scientifique du SOFIP (Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle) de Paris Descartes. Il a notamment publié « Accueillir le touriste en ami », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n°170, déc., pp. 14-32, avec Jacques Rémy, « Les choix des conjoints en agriculture », Revue d’Etudes en Agriculture et Environnement, n°3, pp. 21-46 et coordonné avec Sarra Mougel, le numéro de Problèmes Politiques et Sociaux, n°948, « Le couple à l’heure de l’individualisme », juin, 120 p.

Pour consulter sa page personnelle, cliquez ici.

 

Danilo Martuccelli

Danilo Martuccelli est professeur de sociologie et Danilo Martuccellichercheur au Centre de Recherche sur les Liens Sociaux (CERLIS). Ses travaux portent sur la théorie sociale et la modernité, la sociologie de l’individu et de l’individuation, la sociologie politique et la sociologie du roman contemporain. Il a effectué plusieurs enquêtes en Europe et en Amérique latine. Il a été professeur invité dans un dizaine d’Universités étrangères et il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages. Derniers ouvrages publiés: La société singulariste (2010), Existen individuos en el Sur? (2010), Desafios comunes (avec K.Araujo, 2012) et Les sociétés et l’impossible (2014).

Pour consulter sa page personnelle, cliquez ici.

 

Olivier Masclet

Olivier Masclet est enseignant-chercheur, à Paris-Olivier MascletDescartes et au Centre de Recherche sur les Liens Sociaux (CERLIS). Ses enquêtes portent sur les transformations des classes populaires, les générations d’enfants d’immigrés, les cités HLM et les quartiers pavillonnaires. Elles abordent la question du travail à travers celle de la stratification sociale. Il a publié : La gauche et les cités, enquête sur un rendez-vous manqué (la dispute, 2ème édition 2006) ; La France des petits-moyens, avec Marie cartier, Isabelle Coutant et Yasmine Siblot, (La Découverte, 2008) et plusieurs articles dans Actes de la recherche en sciences sociales, Genèses, Les Annales.

 

Elsa Ramos

Elsa Ramos travaille sur l’adolescence, la jeunesse, l’autonomie, la famille, la question du « chez-soi », la mobilité. Elle est maître de conférence en sociologie à l’Université Paris-Descartes et chercheur du CERLIS. Elle a récemment publié « Moments communs en famille», Nouvelles adolescences, Ethnologie française (numéro janvier-mars 2010) avec François de Singly. Ainsi que « Immigration et identité nationale » Une altérité revisitée, avec Dessajan S., Hossard N., Ramos E. (dir.), Paris, L’Harmattan, 2009.Elle a communiqué sur « La vulnérabilité « ordinaire » à l’adolescence » au Colloque « La jeunesse n’est plus ce qu’elle était… » tenu les 23-30 juin 2009 au Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle.

Pour consulter sa page personnelle, cliquez ici.

 

Laurence Simmat-Durand

Laurence Simmat-Durand est professeure de sociologie-démographie, Vice-Doyenne de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales, responsable de la mention du master Sciences Sociales Laurence Simmat-Durantà l’Université Paris Descartes et chercheure au CERMES3, UMR EHESS-CNRS 8211 et INSERM U. 988. Ses recherches portent sur la périnatalité et les addictions. Sur un axe, ses travaux se sont orientés entre autres sur les traitements de substitution aux opiacés dans le cadre des grossesses ou le placement des enfants de mère toxicomane. Sur le deuxième axe de recherche, elle travaille actuellement dans un cadre interdisciplinaire sur les morts suspectes de nourrissons, à partir des dossiers judiciaires. Dernières publications : Simmat-Durand, L., Lejeune, C., Dumas A., « Grossesse et usage de susbtances psycoactives en France. Synthèse de la littérature », Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la reproduction, 2014. Genest L., Decroix H., Rotten D., Simmat-Durand L., »Maternités précoces : profils sociodémographiques de 220 mères adolescentes en Seine-Saint-Denis », Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction, 2014.

Pour consulter sa page personnelle, cliquez ici.

 

Delphine Serre

Delphine Serre est sociologue, professeure de sociologie à l’Université Paris Descartes et membre du CERLIS depuis septembre 2016. Ses travaux se situent au croisement de la sociologie du travail, de l’État, des classes sociales et du genre. Ses enquêtes portent sur des professions du social et de la justice et elle mène actuellement une recherche sur le tribunal des affaires de sécurité sociale. Elle est l’auteure de l’ouvrage Les Coulisses de l’Etat social. Enquête sur les signalements d’enfant en danger (Raisons d’Agir, 2009). Elle a également publié deux ouvrages sur le travail : l’un intitulé Enquêter sur le travail. Concepts, méthodes, récits (La Découverte, 2010), avec C. Avril et M. Cartier ; et l’autre intitulé Travailler pour être heureux ?, co-écrit avec C. Baudelot, M. Gollac, C. Bessière, I. Coutant, O. Godechot, F. Viguier (Fayard, 2003).

 

François de Singly

François de Singly, spécialiste reconnu de la sociologie François de Singlyde la famille et des individus, est professeur de sociologie à l’Université Paris Descartes. Il est également directeur d’un centre de recherche associé au Master, le CERLIS (Centre de Recherche sur les Liens Sociaux) qui est un laboratoire du CNRS et de l’Université Paris Descartes.

Vous pouvez consulter les pages personnelles (cliquez ici) de François de Singly : vous y trouverez l’ensemble de ses publications. Jetez également un coup œil sur la page wikipédia qui lui est consacrée. François de Singly présentait son dernier ouvrage au café « Les éditeurs » le 1er octobre. Vous pouvez podcaster ou regarder la vidéo de cette conférence-débat sur la médiathèque.

Pour accéder à sa page personnelle, cliquez ici.

 

 

Autres intervenants :

 

Réka Balog

Réka Balog est doctorante en littérature anglaise à Reka BALOG Paris Descartesl’Université Paris 8 (Vincennes – Sant-Denis) au sein de l’Ecole doctorale « Pratiques et théories du sens ». Sa recherche porte sur la question du temps (en anglais: « presentness ») et l’étude du genre dans la littérature anglaise moderne et postcoloniale. Elle s’appuie sur l’importance et le rôle de l’instant présent dans la littérature féministe anglophone.

Elle enseigne l’anglais aux étudiants de Master de Sociologie de l’Université Paris Descartes et donne également des cours de langue anglaise à l’Université Paris IV Sorbonne dans le cadre du SIAL (Service Interuniversitaire d’Apprentissage des Langues).

 

 

Lise Bernard

Lise Bernard est sociologue, chargée de recherche au Lise BernardCNRS et membre de l’équipe Enquêtes, Terrains, Théorie (ETT) du Centre Maurice Halbwachs. Elle a soutenu une thèse de doctorat sur les agents immobiliers. Ses recherches portent, plus largement, sur le travail et le style de vie des professions commerciales, ainsi que sur des transformations de la structure sociale liées à ces dernières. Ses travaux s’appuient sur des enquêtes ethnographiques et des analyses statistiques. Elle a notamment publié  « Le capital culturel non certifié comme mode d’accès aux classes moyennes. L’entregent des agents immobiliers », Actes de la recherche en sciences sociales, n°191-192, 2012,  p.68-85 et « Réflexions sur la ‘petite bourgeoisie nouvelle’ dans les années 2000 », in Philippe Coulangeon et Julien Duval, Trente ans après La Distinction de Pierre Bourdieu, La Découverte, « Recherches », Paris, 2013, p. 266-277.

Vincent Chabault

Vincent Chabault est sociologue, maître de conférences Vincent Chabaultà l’Université Paris Descartes et membre du CERLISCentre de Recherche sur les Liens Sociaux. Ses travaux de recherche se situent au croisement de la sociologie de la culture et de la sociologie de la consommation. Il dirige la licence professionnelle Métiers de l’édition et du commerce du livre à l’IUT Paris Descartes. Dernier ouvrage publié : Vers la fin des librairies ?, la Documentation française, 2014 (recensions :  Commentaire sur son oeuvre ici et )

Pour consulter sa page personnelle, cliquez ici.

Cécile Canut

Cécile Canut, sociolinguiste, est professeure en sciences du Canut Cécilelangage à l’Université Paris-Descartes et membre du CERLIS où elle développe un travail proche de la linguistic anthropology qui a fait l’objet de plusieurs ouvrages dont Une langue sans qualité (Lambert Lucas, 2007), Le spectre identitaire, entre langue et pouvoir au Mali (Lambert Lucas, 2008) et Langues à l’encan, Vers une nouvelle Europe des langues (Michel Houdiard, 2009, en collaboration avec Diiana Bodourova et Elina Caroli). Après avoir travaillé au Mali sur les discours épilinguistiques, et au Cap-Vert dans le cadre de l’ANR Miprimo (La migration prise aux mots), elle poursuit actuellement un travail sur les discours en Bulgarie, spécifiquement avec les Tsiganes de Sliven. Elle est en outre réalisatrice d’une dizaine de films documentaires qu’elle utilise dans le cadre de ses cours de sociologie/anthropologie visuelle. Ici, son site internet personnel.

 

Séverine Dessajan

Séverine Dessajan, docteure en anthropologie sociale et Séverine Dessajanethnologie (EHESS 2000), est ingénieure à l’Université Paris Descartes pour le CERLIS – Centre de Recherche sur les Liens Sociaux, CNRS. Elle a participé à une vingtaine de contrats de recherche ou d’études dans le cadre du Cerlis ou pour des cabinets d’étude privés. Ses recherches actuelles sont axées vers la sociologie de la jeunesse notamment autour des thématiques entre adolescence, culture, et santé. Parallèlement, elle poursuit ses investigations sur les liens entre mémoires et patrimoines, sur la muséologie participative tant en France qu’au Cameroun, terrain de sa thèse. Dernière publication : Dessajan Séverine, (2015, sous presse), « Enjeux et tensions autour d’un dispositif périscolaire en Seine-Saint-Denis », in Barrère Anne, Mairesse F. (sous la dir.), Cahiers de la médiation culturelle, Paris, l’Harmatan.

Pour consulter sa page personnelle, cliquez ici.

 

Maïa Fansten

Maïa Fansten est sociologue, maître de conférences OLYMPUS DIGITAL CAMERAà l’Université Paris Descartes et membre du CERMES3. Ses recherches portent sur la sociologie de la santé mentale. Elle s’intéresse aux articulations entre pathologies et normes sociales, aux façons de nommer et de concevoir les problèmes et les troubles, ainsi qu’aux pratiques thérapeutiques et aux mondes « psy ». Elle travaille actuellement, dans le cadre d’une recherche collective et pluridisciplinaire, sur les nouvelles formes de désocialisation et de retrait des jeunes, en abandon d’études ou en rupture avec les formes d’intégration sociale attendues, en comparaison avec le phénomène japonais des hikikomori.

Pour consulter à sa page personnelle, cliquez ici.

 

Bénédicte Garnier

Statisticienne, Bénédicte Garnier enseigne les méthodes de statistique textuelle en Master Benedicte Garnier2. Ingénieure au service méthodes statistiques de l’Institut National d’Études Démographiques, elle accompagne  les chercheurs en sciences sociales dans le  traitement de données quantitatives et qualitatives. Elle propose des méthodes, des outils, et les guide pour l’interprétation et la valorisation des résultats. Elle transmet son expérience de l’analyse d’un corpus de textes, de la préparation des données à la restitution d’un résultat.

 

 

Mathieu Jacomy

Mathieu Jacomy est ingénieur de recherche au médialab deMathieu Jacomy Sciences Po. Il y développe des logiciels pour méthodes numériques en sciences humaines, enseigne la cartographie des controverses, la fouille du web et l’analyse visuelle de réseaux. Il est titulaire d’un diplôme d’ingénieur et d’un master en SHS à l’Université de Technologie de Compiègne. Au sein du programme TIC Migrations de la Maison des Sciences de l’Homme, sous la direction de Dana Diminescu, il a initié le projet Gephi (logiciel d’exploration de graphes) et développé ses premiers outils pour sociologues (Navicrawler). Au médialab de Sciences Po, il est maintenant responsable du volet web de l’Equipex Dime SHS, piloté par Laurent Lesnard. Il y développe Hyphe (crawler) et Manylines (analyse visuelle de réseaux). Son double profil technique et scientifique lui permet de comprendre les problématiques méthodologiques spécifiques aux sciences humaines et de construire, avec des chercheurs en SHS, des outils qui correspondent à leurs besoins.

 

Pauline Kertudo

Pauline Kertudo, sociologue, est responsable d’études Pauline Kertudoau sein de la Fondation pour la Recherche Sociale, organisme indépendant spécialisé dans l’évaluation des politiques publiques se situant à l’articulation des transformations sociales et de la mise en œuvre des politiques publiques.  Son champ couvre plus particulièrement les politiques éducatives et familiales, qu’il s’agisse de : l’assistance des collectivités locales dans l’élaboration et la mise en place de leurs politiques ; le décryptage des évolutions des familles contemporaines, de leurs modes de vie, de leurs attentes et de leurs besoins ; l’étude des questions relatives à la conciliation entre vie familiale et professionnelle et à l’égalité hommes / femmes. Elle a contribué à l’ouvrage Les dispositifs publics en action. Vers une sécurisation des parcours professionnels et personnels ?, Liaisons Sociales, juin 2014. Elle a publié Le métier de conseillère en économie sociale et familiale. Professionnalité et enjeux, Ed. La Découverte, 2011, avec François Abbaléa et Florence Brunet, ainsi que Les mouvements familiaux et leur institution en France. Anthologie historique et sociale, avec M. Chauvière, Collection Cahier d’histoire de la Sécurité sociale n°3, 2006.

Margaret Maruani

Margaret MARUANI est sociologue, directrice de recherche Margaret Maruaniau CNRS. En 1995, elle crée le Groupement de Recherche « Marché du travail et Genre » (MAGE-CNRS), premier Groupement de recherche sur le genre au CNRS. En 1999, elle fonde la revue Travail, genre et sociétés qu’elle dirige depuis lors. Depuis 2010, elle est rattachée au Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS).Elle dirige le MAGE, devenu en 2011 Réseau de recherche international et pluridisciplinaire qui rassemble désormais trente universités et centres de recherche dans treize pays. Elle est spécialiste des questions du travail, de l’emploi, du chômage et du genre. Parmi les derniers ouvrages parus : Travail et genre dans le monde, l’état des savoirs (dir.), La Découverte 2013 ; Un siècle de travail des femmes en France, 1901-2011, (avec Monique Meron), La Découverte, 2012 ; Travail et emploi des femmes, La Découverte, coll. « Repères », 2000, 4ème édition actualisée 2011 ; Femmes, genre et sociétés. L’état des savoirs (dir.), La Découverte, 2005.

Pour en savoir plus, voir :
http://www.travail-genre-societes.com/
http://recherche.parisdescartes.fr/mage

Pour en savoir plus, consulter cette page ou celle-ci.

Vincent Moeneclaey

Vincent Moeneclaey termine actuellement une thèse de Vincent Moeneclaeysociologie intitulée « Une division du travail de normalisation. Pratiques, acteurs et fonctions sociales du conseil en gestion de licenciement et en reclassement de salariés », au laboratoire Printemps, à université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines. Il étudie les formes et les effets de la division sociale du travail dans des moments importants du fonctionnement de l’économie, comme la vente (objet de son mémoire de master de recherche) ou les ruptures de la relation d’emploi. Il prend également pour objets de recherches les rapports sociaux de classes au travail ainsi que les trajectoires sociales et les rapports au travail et à l’emploi de différents types de « cadres ».

Pour consulter sa page personnelle, cliquez ici.

Sarra Mougel

Sarra Mougel est sociologue et maître de conférences Sarra-Mougel_mediumen Sciences de l’éducation à l’Université Paris Descartes. Elle est membre du Centre de Recherche sur les Liens Sociaux (CERLIS). Ses travaux de recherches portent sur l’enfant malade, la parentalité, l’hôpital et la relation entre professionnels et parents dans ce cadre. Dernières publications : Au chevet de l’enfant malade. Parents/professionnels un modèle de partenariat ?; Paris, Armand Colin, 2009 ; « Famille et soins à l’hôpital : l’exemple des services de pédiatrie français », dans : Hamelin-Brabant, Louise, Bujold Louise, Vonarx, Nicolas : Des Sciences sociales dans le champ de la santé et des soins infirmiers, Québec, Les Presses de l’Université de Laval, 2010, pp. 277-295 ; (avec Muriel Letrait) « J’en fais plus à la maison. Pourquoi ? », dans : François de Singly, Christophe Giraud, Olivier Martin : Nouveau manuel de sociologie, Paris, Armand Colin, 2010, pp. 166-175.

Vous pouvez télécharger une émission consacrée à son ouvrage.

 

 

Stéphanie Toutain

Stéphanie Toutain, socio-démographe, est maître de Stéphanie ToutainConférences à l’Université Paris Descartes. Elle est chercheure au CERMES3. Ses recherches portent d’une part, sur l’alcool et la grossesse et d’autre part, sur la prise en charge des enfants porteurs de l’ensemble des troubles de l’alcoolisation fœtale. Les résultats de ses recherches ont été publiés notamment dans les revues en langue française (Alcoologie et Addictologie, Bulletin d’Epidémiologie Hebdomadaire, Psychotropes) et anglaise (Alcool and Drug Review, Journal of Developmental and Physical Disabilities). Elle est également l’auteur d’un ouvrage de méthodes quantitatives : Analyse factorielle simple en sociologie (Bruxelles, De Boeck).

Pour voir et écouter Stéphanie Toutain, accéder au reportage sur le syndrome d’alcoolisation fœtale tourné pour la Cité des Sciences.

Pour consulter à sa page personnelle, cliquez ici.

Bienvenue !

Ce site du Master Sociologie d’enquête vous permet de découvrir notre formation, son contenu, son équipe d’enseignants, les conditions d’étude et les débouchés.

N’hésitez pas à nous contacter et à candidater !